vendredi 12 avril 2019

7 ans




Pour la fin de semaine de son anniversaire, j'avais une vision de rassemblement pour notre famille.
Malgré la liste d'idées qui potentiellement pourraient intéresser tous les âges chez nous,
rien ne s'inclinait pour aboutir!  Les idées se retournaient dans ma tête comme une crêpe
dans une poêle qu’on revire trop de fois.
Pour être honnête, mon attitude et mon humeur étaient désagréable et j'étais à pic.
Et j'ai fini par lâcher prise.  J'ai arrêté de réfléchir.
Comme dernière tentative, j'ai fais une prière d'abandon. J'ai prié pour que tout s'enligne,
peu importe comment.
Je voulais juste que mes enfants s'amusent et qu'on passe du temps ensemble
pour créer des souvenirs.
Et si la réponse était de rester à la maison et ne rien faire de particulier, so be it!


04-05-19




Le vendredi j'ai fait le gâteau et les cupcakes.  Pendant qu'ils refroidissent, Leilani a procédé à manger le dessus de la première batch! Pas besoin de chien ici pour manger la nourriture et faire des dégâts quand j'ai le dos tourné!  Mais à bien y penser, c’était le début de nouveaux souvenirs pour l'anniversaire de Lily!
.


04-06-19




Sans efforts de planification mais avec beaucoup d’efforts d'organisation, on est allé à la piscine. Lane et Leilani n'y étaient jamais allés. Les autres oui mais seulement dans le cadre des cours de natation et de compétition.  L'excitation et la joie étaient au max!





04-07-19


La cabane à sucre. Les plus jeunes étaient contents et anticipaient cette sortie depuis 2 semaines!



Et après, on a fait un peu de Geocaching dans la magnifique région de Compton!  



On a découvert un petit cimetière qui a été restauré par la famille Doak en 1983.  
Sur un chemin de campagne,ce petit bout de terre a été offert et consacré pour un cimetière
à la mémoire du fils de Robert et Abigail Doak.


George W. Doak décédé le 14 Novembre 1829 à l’âge de 2 ans, 7 mois et 11 jours.




Un espace sacré où on a pris une pause pour honorer la mémoire de ces enfants et leurs familles.



William Doak, 10 jours, le 30 Mai, 1848
Lucius Doak, 5 mois, 23 jours, le 16 Décembre 1858



“Là où le deuil est profond, l’amour est immense.”  



"God is Love" -- "Dieu est amour"









J'ai été très touchée quand j'ai appris que mon amie a visité notre cimetière.
En plus elle s'est dévouée à déneiger avec soin la pierre au sol et elle y a laissé des jolies fleurs
et un ornement avec les initiales de Lily qu'elle a fabriqué avec ses enfants. Elle l'a déposé avec les fleurs.
Leslie aussi y est allé et elle a pris une photo pour moi.  Après avoir endormi Leilani,
j’ai décidé de m’y rendre aussi avec Liam pour voir avant que tout ne soient ruinées
par la neige annoncée dans la nuit.  Et c’est là que j’ai réalisé la quantité de neige
que mon amie a bravé pour chercher la pierre et la dégager! J’avais de la neige aux genoux!
Mais les animaux (je suspecte les chevreuils) sont passé avant moi et ils ont mangé
une partie du bouquet qui n'était même plus sur la pierre quand je suis arrivée.


J'y suis retourné lundi après la neige.






04-08-19




7 lys roses et blancs pour ses 7 ans qui ont été livrés chez moi de la part de ma belle amie! Les larmes ont coulées tout de suite.  Jamais je n’aurais même osé en rêver! Merci à mon amie, ton soutien a été un cadeau du ciel!




Merci à toutes celles qui ont pris le temps de me laisser savoir que Lily n’était pas oubliée.
Je sais que c’est difficile de trouver les mots.




J’ai prié et Il m’a répondu.

Ma prière était simple, je lâchait prise.  Il connaissait mon cœur.

"...car Dieu est au Ciel et toi sur la terre: que tes paroles soient donc peu nombreuses."
Ecclésiaste 5:2




“Mais en fait Dieu m’a écouté, Il a été attentif à la voix de ma prière.”
Psaumes 66:19 (version Colombe)








“Merci à Dieu!  Il n’a pas écarté ma prière, il ne m’a pas privé de sa bonté.”
Psaumes 66:20 (version Français Courant)


















mercredi 20 mars 2019

Félicitations


J'étais fière, débordante de confiance et d’ocytocine!  Elle était dans mes bras, le placenta était né,  j'avais réussi!  C'était une rencontre et un moment extraordinaire!  Il faut avoir accouché d'un bébé mort-né pour savoir ce que c'est.

Souvent quand on met au monde un bébé mort-né, on ne se fait pas féliciter.  On ne reçoit pas de petit cadeau de bébé.  Pourtant, on a bel et bien accouché d'un bébé, notre corps a fait un travail héroïque, et en plus il l'a fait seul, sans l'aide du bébé.  C'est difficile quand on réalise que personne n'osera ou pensera à nous féliciter pour notre bébé.  Pourtant, un bébé c'est un bébé, parce qu'il a vécu, il est un miracle, qu'il naisse vivant ou pas.

Avant la mort, il y a eu la vie!



Pour la famille, les amis, les voisins, les collègues de travail, ça peut vous paraître bizarre, mais vous pouvez offrir une carte qui dit quelque chose qui reconnait et souligne la vie du petit bébé. Voici quelques idées de formulation:

"Félicitations pour votre petite fille (petit garçon), nous ne l'oublierons jamais."

"Félicitations pour votre petite fille (petit garçon), je suis désolé que le temps avec elle (lui) ait été si (trop) court"

"Félicitations... elle (il) est un cadeau de Dieu."

Et vous pouvez toujours qualifier le bébé de beau, adorable, magnifique, précieux etc.

C'est inconfortable et délicat de s'adresser à quelqu'un qui a accouché d'un bébé mort-né, c'est difficile de savoir quoi dire.  Je veux partager ma perspective selon ce que j'ai ressenti l'ayant expérimenté.  Je sais que d'autres, qui sont passées par là aussi, pensent la même chose que moi.  D'autres bébés vont naître dans l'Éternité et d'autres mamans vont les mettre au monde.  Je pense qu'il faut en parler pour que l'entourage sache ce qui peut apporter du réconfort aux parents et reconnaître la vie de ces petits bébés.

Féliciter les parents c'est reconnaître la vie de leur petit miracle.

Idées de cadeaux pour souligner et reconnaître la vie du bébé mort-né:

Un cadre-photo
Un animal en peluche
Une petite décoration (pour sapin de Noël ou autre)
Un bijoux commémoratif (charms pour bracelets, ailes d'anges, cœurs, pierre de naissance)







mardi 8 janvier 2019

Noël 2018


"Parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint.."
Luc 1:49

 "Mais l’ange leur dit: Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie: c’est qu'aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur."  
Luc 2:10-11



Tellement d’imprévus ont fait de ce Noël celui qu’on a eu!

La neige est arrivée tôt cette année et je me suis rendue tard au cimetière pour changer les décorations saisonnières.  Un chevreuil est passé avant moi aussi!




Une semaine avant Noël, mon fils de 9 ans s’est fendu la lèvre du haut solide en voulant faire Spider-man.  Au triage, lui et son papa se sont fait dire qu’il aurait besoin de 2 points de suture.  Ils ont passé une nuit presque complète a l’urgence pour se faire dire au final que ça guérirait tout seul!  C’était un mauvais jugement de notre part de consulter à l’urgence, on en a tiré leçon, par contre, ils sont rentrés l’esprit tranquille.



Mon plus grand garçon qui fait Spider-man en 2008

Tout juste comme je sentais que je perdais le contrôle et que je n’arriverais pas à emballer les cadeaux de Noël d’avance, deux de mes grands sont venus à mon secours et m’ont aidé à tout emballer!  Pour la première fois les cadeaux des enfants étaient emballés 3 jours avant Noël au lieux de la veille!

A chaque année on se réuni avec ma belle-famille la veille de Noël.  Chacun apporte quelque chose pour le repas et on joue à un jeux dans la soirée. Pour le jeu, on doit apporter autant de petits cadeaux qu’il y a personnes dans notre famille.  On essaye de choisir quelque chose qui peut plaire à plusieurs sans savoir qui aura quoi.
Je dois dire que de plus en plus, acheter pour acheter, consommer pour consommer, ça me dérange.  Mes valeurs ont évoluées et j’adopte de plus en plus une tendance minimaliste envers la consommation.

Quelques semaines avant Noël nous avons appris qu’un élève de l’école secondaire de mes enfants avait reçu un diagnostic d’un cancer de stade 4 au cerveau.  J’ai pas hésité à faire un don pour aider à financer ses traitements (et bien franchement, je peux seulement imaginer à quel point cette épreuve chamboule sa vie et celle de sa famille! ) Quelques semaines après, je voulais donner encore mais mon budget était compté et je savais que je devais dépenser pour le jeu.  Alors j’ai rendu le nécessaire à  l’utile et l’agréable.  J’ai acheté des cannes de bonbons et de la gomme à mâcher pour que les enfants qui participaient au jeux ne soient pas déçu et et j’ai fait des dons en l’honneur de ceux/celles qui allaient recevoir les cadeaux!  



Nous avons passé une paisible et agréable soirée chez mes beaux-parents.




C’est la tradition ici, les enfants déballent leurs cadeaux le matin de Noël.  Mes enfants étaient heureux et reconnaissant et c’est ce qui a fait mon bonheur!  Leurs sourires année après année n’ont pas de prix!




Ce même jour, on est allé souper chez mes parents.  Un repas traditionnel ou presque parce que la tourtières que j’avais apporté n’a jamais cuite au complet car le four était entrain de lâcher!  C'était décevant mais considérant l’abondance de nourriture, c’était un petit détail!  Le lendemain pour le brunch traditionnel, le four a complètement rendu l’âme!  Mon frère a eu la brillante idée d’utiliser un réchaud pour garder la nourriture chaude!


Nous avons passé du bon temps ensemble!

Le lendemain, Lane a commencé à être malade.  Ça nous a forcé à ralentir et choisir nos activités selon l’énergie disponible.

Et puis, quatre jours après Leilani s’est blessée au poignet gauche en sautant sur les divans.  Elle pleurait beaucoup, c’était à fendre le cœur.  On lui a fait une attelle et le lendemain on a été choyé de pouvoir consulter et passer des rayons X.  Les testes ont confirmé qu’il n’y avait rien de cassé, merci Seigneur!








Finalement, la dernière journée du congé des Fêtes, j’ai proposé aux enfants de faire des biscuits de pains d’épices. Ils étaient vraiment très heureux et l’activité a été mémorable!




Je ne suis pas prête à défaire mon sapin.  Les enfants ne sont pas pressés de recommencer la routine de l’école.
Je ne suis pas certaine de qu’est-ce qui s’est passé... je pense que j’ai été très préoccupée par la santé de mes enfants et tout le reste a filé en douce.  Les traditions, les histoires de Noël, les repas différents, les sports d’hiver... tout ça moins intense que les années précédentes il me semble!  Je n’avais pas beaucoup d’attentes et ça contribué à mon bonheur!

Merci Seigneur pour toute la nourriture qu’il y a eu sur nos tables chaque jour de nos festivités!  Merci pour le four de mes parents qui a été facile à réparer, ils étaient très soulagés… Un désagrément qui n’a pas été désastreux!

Je suis reconnaissante que la mémoire de Lily a été honorée par sa grand-maman maternelle!


J’ai apprécié chaque moment qu’on a passé à l’extérieur à profiter de la glace et de la neige!  




Je suis reconnaissante pour notre belle table Farmhouse fabriquée à la main qui était prête pour le matin de Noël!  Mon mari a fait un travail fantastique!




Loué soit Dieu, mes enfants ont guéri rapidement et complètement et aucun autre enfant n’a été malade!  Merci pour l’ange qui a protégé Leilani quand elle sautait avec insouciance sur les divans.  Je suis reconnaissante pour les professionnels de la santé auxquelles on a pu recourir.

Je suis impressionnée et reconnaissante pour les ressources que la famille d’Evan Bugatto ont trouvé dans le but d’une guérison complète, d’un système immunitaire plus fort et d’une qualité de vie maintenue!  Voici le lien pour en savoir plus et suivre l’histoire d’Evan:  https://www.gofundme.com/please-help-evan-bugatto?viewupdates=1&rcid=r01-154742580167-91e81b7b6fb24bef&utm_source=internal&utm_medium=email&utm_content=cta_button&utm_campaign=upd_n

Instagram: @evanbugatto








dimanche 28 janvier 2018

Épargné par grâce

Depuis 14 ans, on habite dans un cartier résidentiel qu'on avais choisi pour sa sécurité, sa tranquillité, la proximité à la ville et l’accès à un parc, une piste cyclable et à une patinoire juste en bas de notre rue.  Je nous considerait vraiment bénis, entre autre, d'habiter ici!  Au debut, on avait 3 enfants dont un bébé et on allait patiner tous les soirs après l'école quand c'était possible.  Le trafic était important sur la rue qui mène au parc mais on choisissait d'y aller à pieds, c'était plus facile pour la logistique.  Il n'y avait pas de traverse à piétons et il fallait marcher dans la rue parce qu’il n'y avait pas de place sur le bord pour la poussette.  On a toujours marché face au voitures par souci de sécurité.

Avec les années, avec les enfants qui se sont ajoutés un à un à notre famille, les déplacements en soirée pour aller patiner ont presque disparus.  On y allait le jour, la fin de semaine et on y allait en auto.  C'était trop dangereux de marcher dans la rue avec un bébé en poussette et 4-5 enfants en bas âges.


Il avait 2 ans et j'étais enceinte de Lily...

Mes enfants on grandis et mes adolescents se sont mis à se rendre à la patinoire sans supervision.  Ils ont toujours eu comme consigne de marcher face au trafic et autant que possible dans les bancs de neige.  Mais avec les petits, je me rendais toujours à la patinoire en auto même si c'était plus compliqué, moins écologique et franchement ridicule.

14 ans plus tard, les autos roulent toujours aussi vite, même si la vitesses maximum permise est de 50 km/h.  Il y a aussi une traverse pour les piétons mais souvent elle n'est pas respectée et il faut encore marcher dans la rue avec la poussette.

Cette année, je m'occupe des 3 enfants de ma soeur tous les jours après l'école.  Quand c'est possible, on va patiner.  Comme je me retrouve avec 9 enfants incluant les miens, on ne peut pas y aller en auto en un seul voyage, donc on y va à pied.                       

Il y a quelques semaines, j'ai porté plainte à la ville pour le manque d'éclairage, les automobilistes qui ne respectent pas la traverse pour les piétons et l'espace inadéquat en bordure de la route pour se rendre au parc à pied.  J'ai aussi signalé le problème à la police.

Hier vers 6:00 pm, on revenait à pied de la patinoire.  J'étais avec mon bébé en poussette et mon fils de 8 ans qui avait pour consigne comme toujours de marcher avec moi, le plus possible sur le côté de la rue.  Il ne pouvait pas marcher devant moi parce qu’il faisait trop noir. Je marchais face au trafic et on s'est arrêté sur le bord un peu plus dégagé par le propriétaire de la maison vis à vis nous pour attendre qu'un gros autobus voyageur passe.  Ensuite j'ai dit à mon fils de continuer d'avancer.  Je ne sais pas pourquoi il a pensé qu'il devait traverser.  Il s'est engagé pour traverser la rue mais pas moi.  Je ne comprend pas encore comment c'est possible qu'il ne ce soit pas fait frappé par la voiture dans l'autre voie, un taxi.  C'est un miracle que le chauffeur de taxi ne l'ait pas frappé à mort!  J'étais certaine que ses jambes avaient été blessées et ensuite, je ne pouvais pas croire que le traîneau n'avait pas passé sous les roues!



Cette scene tourne en boucle dans ma tête depuis. J'ai vu l'auto frôler son petit corp.

Je l'ai vu se relever et revenir vers moi avec la peur dans le visage, dans ses yeux.

J'ai rien avalé ce soir là et j'ai dormi une partie de la nuit avec mon gars.

J'ai mis du temps à être capable de raconter ce qui est arrivé.

Mon Dieu a protégé mon enfant.  Il n'y a pas de mots pour exprimer ma reconnaissance.  Il a permis que le chauffeur du taxi ait des réflexes du tonnerre pour épargner la vie de mon garçon.

Je ne mérite pas cette grâce. 

Quand j'ai perdu Lily, je n'ai pas demandé pourquoi.

Pourquoi moi?

Pourquoi elle?

Pourquoi nous?

La réponse pour moi c'était "parce que ça serait pas mieux si c'était quelqu'un d'autre."

Lily avait une vie, un destin, une raison d'être, comme tous mes autres enfants, c'est un honneur pour moi d'avoir été choisi pour être sa maman.  La joie de la porter, la peur de l'inconnu, de la souffrance, de la mort, la fierté de la tenir dans mes bras, l'épreuve et la douleur de ce deuil... tout ça m'appartient.

Mais cette fois ci, j'ai demandé, pourquoi?

Pourquoi cette grace de passer à un cheveux de la mort ou d'être gravement blessé et de s'en sortir sans une seule égratignure?

Pourquoi? Quand je sais que d'autres parents ont perdu leur enfant de cette façon...qu'ils vivent avec un vide incroyable à cause d'un accident semblable.

Je n'ai pas de réponse.

On a beau savoir que la vie est fragile, quand on voit la mort de proche, ça change assurément notre perspective.

Cet enfant, c'est le petit de 2 ans que j'allaitais en tandem quand j'étais enceinte de Lily.  Quand mon corp s'est mis à produire du lait après l'accouchement, c'est lui qui l'a reçu.  On a un lien très spécial et unique.

Chaque jour est un cadeau du ciel! Benie n'est pas un mot assez grand pour décrire ma perspective.




Le lendemain matin...j'étais encore bouleversée et incrédule que 
tout soit comme avant ou presque.

Mise à jour:

17 février 2018

Je ne pensais pas être capable d'y retourner à pied, j'avais envie de vomir juste à y penser.
J'ai réussi à le faire.
Une bonne amie m'a beaucoup encouragé.
Je suis aussi prudente que c'est possible et j'attends qu'il n'y ait plus de voitures pour faire le bout de chemin nécessaire.
Je suis consciente que les risques sont toujours présents parce que nous devons marcher dans la rue.
La saison est déjà terminée et j'espère que l'année prochaine, la ville aura fait le nécessaire pour rendre nos déplacements sécuritaires.

vendredi 3 novembre 2017

La guérison

Je viens de regarder un video de sensibilisation au deuil périnatal diffusé sur FB par Auféminin Maman. Comme il y a très peu de vidéos de ce genre en français j'étais curieuse et contente de le découvrir. C'était l'histoire d'une IMG.  Ils terminent en écrivant: "...mais ces blessures ne cicatriseront jamais, on apprend juste à vivre avec..."

Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. 
Pour avoir lu témoignage après témoignage de mamans qui traversent un deuil périnatal, et pour ma part, je suis convaincu que la blessure cicatrise et peut guérir.  La cicatrice demeure et peut être plus sensible dans certains moments mais la plaie se referme.  Le bonheur et la paix sont possibles.  C'est encore plus vrai et c'est garanti quand on confie notre douleur à Jésus.

"Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos."
                                       Matthieu 11.28

"Il guérit ceux qui ont le cœur brisé..."
                                        Psaumes 147.3


Le deuil périnatal c'est un parcours.  C'est déchirant, dramatique, bouleversant et transformateur.

Il ne s'en va jamais parce que l'amour d'une mère c'est pour toujours.

Mais quand la tempête des premiers jours, des premières semaines, des premiers mois, de la première année s'est calmée, les nuages se tassent et on cherche le soleil, on choisi de se diriger vers ses rayons.  C'est un parcours unique à chacun.  C'est un choix.  Parce que même si le soleil brille, on peut choisir de rester dans le noir. C'est comme ça que la blessure guérit, c'est en choisissant de s'exposer au soleil, de chercher la guérison, par ce qui nous fait du bien (donner, créer, partager) et par la Foi, en regardant à celui qui guérit les cœurs brisés.  J'ai traversé les étapes du deuil, dans l'ordre qui était le mien.   J'ai cherché cette guérison et je l'ai trouvé.  La blessure est cicatrisée.  Je vis avec le deuil périnatal, je suis endeuillée mais je suis aussi heureuse.





samedi 2 septembre 2017

La première journée d'école



Hier c'était la première journée d'école pour mes enfants.  Personne, ni même moi, n'avait hâte.  L'été avait été trop bon pour nous!  Ce retour forcé à la longue routine qui perdure pendant 3 saisons et qui nous éloigne de la chaleur, de la liberté, des vacances!



Et puis cette année il y a aussi les "elle aurait peut-être", "elle aurait" et les "elle aurait dû".  Le plus souvent, j'essaie de ne pas penser à ce qui aurait pu ou aurait dû, mais c'est difficile cette fois parce que la rentrée à la maternelle c'est une étape importante et émouvante pour une maman.  Tout change quand ton enfant commence la maternelle.   Je suis à la maison depuis toujours avec cet enfant, chaque jours on les a passé ensembles et pendant 7 longues heures, on va être séparé!  C'est bien et c'est ce qu'on a choisi pour l'éducation de nos enfants.   Mais c'est une adaptation, un deuil de la petite enfance qui a passé trop vite!



Les choses auraient pu être tellement différentes.

Mais je suis soulagée qu'elle n'ait pas à aller à l'école.  Le paradis c'est tellement mieux!  J'aime penser que c'est comme des vacances à la mer qui sont sans fin!



J'aurais aimé la connaitre. Sa présence me manque et j'aurais aimé la voir grandir, apprendre des nouvelles choses et la voir interagir avec ses frères et sœurs.  C'est un privilège immense de voir mes enfants évoluer et de les accompagner dans la vie.  Je suis soulagée qu'elle n'ait pas à passer par toutes les choses difficiles et insignifiantes de la vie sur la terre, seulement la douceur et la paix céleste.